Retour à la liste
Samedi 4 septembre 2021,
20h30-23h (en continu)
Les Jardins de Barbirey

WE#1 - FADING #1

Sophie Laly

FADING # est une installation vidéo qui met en scène l’apparition d’une maison, projetée l’échelle 1 dans un paysage.

La projection s’effectue  à la tombée de la nuit, à même le paysage, quel qu’il soit : arbres, buissons,… domestiqué  ou non. Le crépuscule révèle la métamorphose subtile du paysage : la lumière décroit, la nuit tombe, la maison apparaît, et redisparaît au lever du soleil.

A propos
du spectacle

À la maniÈre d’un sourcier, ou d’un chercheur d’or je suis en quête perpétuelle de nouvelles architectures à  localiser et révéler. Il ne s’agit pas ici de trouver une source ou un abri pour la nuit mais de fictionner la mémoire d’un lieu dont la genèse n’est pas visible.

La cartographie s’enrichit au gré des découvertes.

Dans mon travail j’aime questionner la manière dont nous regardons la nature, le paysage. Je m’attache donc ici rétablir ou trouver un juste  équilibre entre les objets visuels que je réalise et les espaces dans lesquels ils se déploient. Et à travers FADING# au delà de fictionner une mémoire, une histoire, cette intervention sur la nature elle-même offre une nouvelle dimension au paysage.

Toutes les images de maisons qui apparaissent ici et là, sont issues de photos que j’ai prises en Islande où j’ai sans cesse étésurprise de découvrir encore une maison au bout du bout du bout d’un Fjord. Comme si les habitants de cette île, elle-même isolée, cherchaient encore davantage l’isolement en se retranchant plus loin que la fin du chemin qui nous y amène.

Ces images m’apparaissent aujourd’hui comme des prélèvements d’un folklore particulièrement vivace. L’Islande entretient et perpétue une croyance ancestrale, celle d’une nature tout entière habitée par le hulduf olk, le peuple caché.

Elfes, gnomes et autres trolls vivent dans les montagnes et les forêts et y construisent leurs villes : les Alagablettur. Chacun respecte et craint ces habitations, quitte dévier sa route pour éviter de déranger les esprits.

Révéler ces maisons islandaises, les délocaliser, est pour moi l’occasion de réactiver la sensation vécue au moment de la prise de vue, de subjectiver le paysage dans lequel la séquence s’inscrit.

Ce décadrage affecte donc le paysage, qui ne se présente plus comme un tableau contemplé à distance, mais comme un milieu dans lequel le spectateur se trouve plongé. Il n’est plus devant le paysage mais dedans le temps d’une nuit.

 

©Marc Domage ; FADING #5

 

Teaser : https://vimeo.com/439252082

 

Biographie de Sophie Laly :

Sophie Laly, réalisatrice et artiste vidéaste née en 1973, vit et travaille à Paris. Au cours de ses études à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Dijon, la caméra devient rapidement son outil. En 1998, deux rencontres vont bouleverser son travail artistique ; la danse contemporaine et les déserts. Elle a notamment collaboré en tant que vidéaste avec Emmanuelle Huynh, Rachid Ouramdane, Richad Siegal et Latifa Laâbissi... Depuis 2008, elle collabore régulièrement avec Christian Rizzo, l’assiste sur ses pièces, et co-signe la pièce Néo-fiction en 2012, ainsi que D’après nature en 2018. En 2013, elle réalise le film-documentaire Des enfants d’après la pièce enfant de Boris Charmatz. En 2017, à l’invitation de Mickaël Phelippeau, elle réalise Taper dans la balle, un film pensé comme une extension à son spectacle Footballeuses.

En 2020, elle participe à la création de 48ème parallèle du danseur chorégraphe Sylvain Prunenec.

En 2021, elle réalise BOUQUET FINAL est  un film onirique issu du solo « en son lieu » de Christian Rizzo pour Nicolas Fayol.

Depuis 2013, elle développe FADING #, une installation vidéo in situ qui met en scène l’apparition d’une maison, à l’échelle 1 dans un paysage, et ce à la tombée de la nuit. C’est d’ailleurs à Barbirey-Sur-Ouche qu’est apparue la 1ere maison.

s'incrire à la missive Pour recevoir nos actualités